Archives de l'hebdo des socialistes
Archives de l'hebdo des socialistes

Au mépris de la loi

Mélange des genres, démagogie voire populisme : en demandant, le 22 février, au président de la Cour de cassation, de lui faire des « propositions » pour contourner une décision du Conseil constitutionnel et permettre que la rétention de sûreté des criminels dangereux s’applique immédiatement, Nicolas Sarkozy a franchi la ligne jaune.

(suite…)

Dijon : un présence humaine au coeur de la nuit

Les correspondants de nuit patrouillent dans cinq communes du Grand Dijon, à la rencontre de personnes en détresse, et assurent unemédiation en cas de conflit. Mis en place par l’équipe socialiste de François Rebsamen, ce dispositif est unique en France.

(suite…)

L’enfermement à vie n’est pas une solution

Marylise Lebranchu, ancienne Garde des Sceaux, s’inquiète du bouleversement de notre système judiciaire et de ses principes fondamentaux, induit par le projet de loi Dati, qui crée une «rétention de sûreté». La députée du Finistère avance quelques pistes de réflexions pour les socialistes.
(suite…)

Un détenu, c’est d’abord un citoyen

Emmanuelle Perreux, présidente du Syndicat de la magistrature et juge de l’application des peines, et Daniel Dériot, ancien détenu, travailleur social, échangent leurs points de vue sur les difficultés de réinsertion auxquelles sont confrontés les prisonniers à l’issue de leur peine.
(suite…)

Les alternatives à l’incarcération : en sursis

Les peines de substitution sont nombreuses et efficaces. Elles sont pourtant peu utilisées. Réticences face à l’opinion publique, manque de moyens, les causes de cette frilosité sont multiples. Le point avec Serge Blisko, député de Paris, et Jean-Yves Monfort, magistrat à Versailles.
(suite…)

Des lois qui aggravent la surpopulation carcérale

Spécialiste des questions pénales,Pierre-Victor Tournier dénonce l’inflation répressive à laquelle se livre le gouvernement, notamment à travers les peines plancher. Cette surenchère ne fait qu’aggraver la surpopulation des établissements pénitentiaires, alors que la situation est déjà préoccupante. Pourtant des alternatives à la détention et des aménagements aux conditions d’application de la peine existent, mais restent encore peu développés par manque de volonté politique et de moyens.
(suite…)

Notre combat

Voilà un an que la nouvelle formule de L’hebdo existe. Chaque semaine, nous avons essayé de vous faire partager un regard socialiste sur l’actualité. (suite…)

Pour que le temps de la prison ne soit pas un temps mort

La situation de la condition carcérale en France demeure «une humiliation pour la République», comme l’avait qualifiée le Sénat en 2001.La surpopulation pénale,principalement dans les maisons d’arrêt,persiste.Elle est liée à la politique pénale conduite depuis 2002 qui privilégie l’emprisonnement.
(suite…)

Point presse d’André Vallini, secrétaire national à la Justice

Présentation des fiches argumentaires du Parti socialiste
Télécharger le document intégral

A la veille de la journée d’actions de l’ensemble du monde judiciaire, le Parti socialiste apporte tout son soutien contre la réforme brutale de la carte judiciaire présentée par la ministre Rachida Dati.
Je dis bien de l’ensemble du monde judiciaire, ce qui traduit un profond malaise dans la justice, mais aussi des élus de tout bord qui ne comprennent pas que l’on sacrifie la justice du quotidien (surendettement, loyers impayés, tutelle, …) grande victime de la réforme.
L’action de la ministre est perçue comme une reprise en main avec le souci de coller à l’opinion publique au risque de dérives populistes.
Il s’agit pour le Parti socialiste de travailler, de s’opposer et de proposer. C’est dans cet esprit que je présente nos fiches argumentaires, avec l’action de la ministre face à ce qu’il faudrait faire.

Lire la présentation des fiches argumentaires

« Immigration : une loi inutile et provocatrice »

Pour Michèle André, sénatrice du Puy-de- Dôme, en pointe sur le combat mené par le groupe socialiste au Sénat contre le projet de loi sur l’immigration, ce texte, qui jette une nouvelle fois l’opprobre sur une partie de la population, porte aussi atteinte à l’image de la France à l’étranger, au risque d’aggraver sa perte d’influence.
(suite…)