Archives de l'hebdo des socialistes
Archives de l'hebdo des socialistes

Essia Ben Hassine : Valeur en hausse

Chef d’entreprise, d’origine maghrébine, … femme et socialiste avant tout ! À force d’en entendre, Essia Ben Hassine sait ce que se faire respecter veut dire. Son caractère, elle l’a forgé au contact de ceux qui se complaisent dans des plaisanteries de comptoir, souvent racistes, toujours machistes.

Pas de quoi l’atteindre, pour autant. De ses différences, Essia a su tirer profit. Une richesse qui fait sa singularité, et que les plus réservés ont fini par accepter, bon gré mal gré. « Parfois même avec respect », sourit-elle.

La jeune femme en impose. Après des études de droit, elle entame un brillant parcours professionnel qui lui vaut de fourbir ses armes dans le secteur bancaire, avant d’être propulsée à la direction des ressources humaines de l’aéroport de Roissy. Jusqu’à la tragédie du 11 Septembre, de sinistre mémoire, qui lui coûte son poste. De quoi rager. Mais de cette situation inique, elle tirera sa force. Elle s’installe à son compte et opte pour le domaine de la formation, en se spécialisant dans le droit et la gestion du personnel. Elle franchit un cap décisif, en 2003, en créant sa propre société, Estim formation.

Choix cornélien pour cette ancienne militante des jeunesses communistes, entrée très tôt en socialisme, à dix-huit ans à peine. Pareille destinée ne colle pas vraiment avec l’idée qu’elle se faisait du monde de l’entreprise. Tant pis ! Elle assume. En franchissant ce cap, il lui sera possible d’embaucher, d’intégrer, de sortir quelques exclus de l’impasse. Et de concilier ainsi les valeurs dans lesquelles elle se reconnaît depuis toujours avec le monde du travail.

À 40 ans, Essia Ben Hassine continue de militer. À Lognes, commune de Seine-et-Marne, où elle s’est installée depuis sept ans déjà, elle est parvenue à vivre de front, et en toute harmonie, les valeurs qui lui sont chères et sa vie de chef d’entreprise. À la section d’abord, qu’elle a rejointe aussitôt après avoir posé ses valises. Au sein d’Estim insertion ensuite, qu’elle préside depuis décembre 2005, afin d’aider à l’insertion, à la redynamisation des publics éloignés de l’emploi et de promouvoir l’égalité des chances dans l’emploi. Le combat de sa vie… La dirigeante doit d’ailleurs signer dans les tout prochains jours un accord territorial sur Marne-la-Vallée, qui engage dix entreprises locales autour d’une charte de la diversité. Le fruit d’un travail de longue haleine qu’elle a mené tambours battants, auprès des demandeurs d’emploi et des patrons.

Bruno Tranchant

Aucun commentaire