Archives de l'hebdo des socialistes
Archives de l'hebdo des socialistes

Les socialistes unis pour la diversité

Longtemps ignorée, la nécessité d’une représentation démocratique qui tienne compte de la pluralité des origines est entrée peu à peu dans les moeurs de la vie politique française. Après l’ultramarin Roger Bambuck, François Mitterrand confirma cette orientation en permettant à une personnalité politique d’origine africaine,Kofi Yamgnane, d’accéder au pouvoir exécutif.Avant que d’autres au Parti socialiste ne le suivent sur cette voie.

«Les hommes construisent trop de murs et pas suffisamment de ponts », notait avec à-propos Isaac Newton. Le constat vaut pour la question identitaire, passée longtemps sous silence, avant d’investir peu à peu la sphère politique. Pas au point, toutefois, de rompre radicalement avec nos vieilles habitudes, même si 1981 apporta son lot d’espérance, en encourageant de nouvelles pratiques. C’est d’ailleurs François Mitterrand qui, le premier, porta ce message, en apparaissant ainsi comme l’homme du futur. Après avoir nommé le plus jeune Premier ministre de l’histoire, en la personne de Laurent Fabius, et la première chef de gouvernement – Édith Cresson –, il soutint le choix de Kofi Yamgnane, personnalité d’origine togolaise, au poste de secrétaire d’État. Une brèche était ouverte.

Intégration

Le 17 mai 1991, l’élu breton fut nommé Secrétaire d’État aux Affaires sociales et à l’Intégration dans le gouvernement d’Édith Cresson. Avant d’être nommé, en mars 1992, Secrétaire d’État à l’Intégration au sein du gouvernement Bérégovoy. Celui « dont le nom signifie « vive le savoir » est devenu le symbole d’une intégration réussie à force d’intelligence, de patience, de tolérance, de générosité et de constante détermination à remplir les tâches pour lesquelles on s’estime être fait,dit de lui l’écrivain Pierre-Jakez Hélias. Mais l’histoire des hommes est-elle autre chose qu’une série d’intégrations successives ? » En 1993, l’élu breton de Saint- Coulitz,maire de couleur plébiscité par une population blanche, fut élu conseiller général du canton de Châteaulin (Finistère). Député de 1997 à 2002, il siège de nouveau à l’assemblée départementale depuis 2001, où il occupe le poste de vice-président, en charge de la politique de l’eau. Peu de temps avant lui, Roger Bambuck avait hérité du secrétariat d’État à la Jeunesse et aux Sports, de 1988 à 1991, au sein du gouvernement Rocard. Une véritable consécration pour ce champion d’Europe du 200 m, médaillé de bronze du relais 4 x 100 m aux Jeux olympique de Mexico en 1968. Originaire de Pointe-à-Pitre (Guadeloupe), l’ex-étudiant en médecine compte sans aucun doute parmi ceux qui ont le plus oeuvré pour le processus d’intégration. Il s’est également employé à mettre le sport à la portée de tous,en privilégiant une démarche éducative, tout en participant activement à la lutte antidopage. La star du sprint français ne s’est pas arrêtée en si bon chemin. Après avoir exercé les fonctions d’inspecteur général de l’éducation nationale, il est entré à l’Unesco où il exerce aujourd’hui d’importantes responsabilités, tout en dirigeant un groupe de recherche sur le sport au CNRS. Il est également membre de l’Académie des sports et directeur de la délégation outre-mer à l’Institut de recherche pour le développement.

Oxygénation

Bel exemple de réussite auquel il convient d’ajouter Harlem Désir, cofondateur de SOS Racisme, qu’il a présidé entre 1984 et 1992, vice-président du groupe socialiste au Parlement européen, en charge des dossiers économiques et sociaux et du commerce international, et par ailleurs secrétaire national du PS à la mondialisation. D’autres noms évoquent les principes d’ouverture et de diversité qui entrent peu à peu dans les moeurs. Citons l’avocate George Pau-Langevin, députée de la 21e circonscription de Paris ; Bariza Khiari, sénatrice de Paris ; Safia Otokoré, secrétaire nationale (SN) au sport, conseillère régionale de Bourgogne ; Malek Boutih, ancien président de SOS Racisme, SN aux questions de société ; Victorin Lurel, SN à l’outre-mer, député et président du conseil régional de Guadeloupe ; Kader Arif, SN aux fédérations, eurodéputé ; Razzye Hammadi, président du MJS ; Faouzi Lamdaoui, SN à l’égalité, à la diversité et à la promotion sociale, ou bien encore Najat Belkacem, conseillère régionale de Rhône- Alpes. Exemples, parmi d’autres, d’une oxygénation de la vie politique, indispensable à la cohésion sociale du pays.

Bruno Tranchant

Aucun commentaire