Archives de l'hebdo des socialistes
Archives de l'hebdo des socialistes

Ressources N°24 : articles et études, puisés « ailleurs sur le net »

Voici une série d’articles ressources -études, analyses, documents, statistiques- puisés « ailleurs sur le net », utiles pour nourrir la réflexion . Cette semaine entre autres thèmes abordés :

L’endettement des ménages-Disparités selon le revenu, surtout pour l’habitat ; La prise en charge de la douleur chez les personnes âgées vivant à domicile ; L’appréciation des parents sur la prise en charge de leur enfant handicapé ; Libres, égaux et solidaires (Que veulent les Français ?) ; Faire garder ses enfants pendant son temps de travail ; L’emploi dans les très petites entreprises ; Contact avec le public : près d’un salarié sur quatre subit des agressions verbales ; L’état de la France ; Poutine et l’après Poutine

Société, environnement

Projections de population active pour la France métropolitaine 2006-2050

Élise Coudin

Insee résultats N° 63 soc – avril 2007, Insee

Les projections de population active visent à appréhender l’évolution future des ressources en main-d’oeuvre disponibles en France métropolitaine, à horizon 2050. Elles fournissent un cadrage utile pour les analyses prospectives sur la croissance, le financement des retraites, les pénuries de main-d’oeuvre…

Sont disponibles, les effectifs d’actifs, les taux d’activité ainsi que les effectifs totaux de population par sexe et tranche d’âge quinquennale ou regroupée, en moyenne pour chaque année, selon les 35 scénarios. De plus, des tableaux et des graphiques synthétisent divers indicateurs (structure par âge ou sexe de la population active, taux d’activité, taux de dépendance…) selon ces scénarios.

Les séries historiques de population active, de taux d’activité et de population totale par sexe et tranche d’âge quinquennale sont aussi disponibles pour la période 1970-2005.

Pour en savoir plus

L’endettement des ménages début 2004 -Disparités selon le revenu, surtout pour l’habitat

Cédric Houdré

Insee première N° 1131 – avril 2007, Insee

Près de 47 % des ménages étaient endettés à titre privé début 2004. Ils étaient 43 % début 1992. Cette différence est plutôt due à la diffusion du crédit à la consommation, notamment auprès des jeunes générations. Le motif principal d’endettement reste cependant l’achat d’une résidence principale : il concerne plus de 20 % des ménages et représente début 2004 près de 70 % de la dette domestique des ménages. L’endettement à l’habitat va de pair avec des revenus confortables souvent tirés de l’activité des deux conjoints. Le recours exclusif au crédit à la consommation caractérise plutôt les classes moyennes bien qu’il touche de manière plus homogène l’ensemble des catégories de revenus. Dans un cas comme dans l’autre, le poids des remboursements décroît fortement pour les revenus les plus élevés.

Pour en savoir plus

La prise en charge de la douleur chez les personnes âgées vivant à domicile

Élodie Alberola et Bruno Maresca

études et résultats N° 566, avril 2007, DREES, Ministère de la santé et des solidarités

La douleur est un phénomène très présent chez les personnes âgées. Cependant, hormis les moments de douleur intense, les personnes âgées sollicitent très peu les soignants et craignent les médications qui les rendraient passives. En effet, bien que signe certain de l’âge, la douleur est avant tout ressentie comme preuve de vie. Être en capacité d’y résister atteste d’une vitalité active. Aussi, les médecins éprouvent des difficultés à interpréter ce silence et à évaluer l’intensité de la douleur. La récurrence dans le discours des patients et des soignants du poncif sur « les douleurs de l’âge » marque des failles dans la considération et le traitement de la douleur. En outre, il y a souvent des divergences d’appréciation du phénomène douloureux entre médecins et infirmiers, ces derniers étant, par leurs pratiques, plus proches des patients.

Les personnes âgées ont tendance à banaliser leur douleur ; elles préfèrent avoir recours aux antalgiques de base, évitant parfois certaines médications par crainte d’effets secondaires gênants. Le plus important pour elles et de garder une part d’autonomie et de se maintenir à domicile.

Pour en savoir plus

L’appréciation des parents sur la prise en charge de leur enfant handicapé

Seak-Hy Lo

études et résultats N° 565, avril 2007, DREES, Ministère de la santé et des solidarités

D’après l’enquête Trajectoires des enfants passés en commission départementale d’éducation spéciale réalisée en 2004-2005, les parents ont une opinion globalement positive des prises en charge médicales, sociales et éducatives effectives de leur enfant en situation de handicap (80 à 90 % de taux de satisfaction).

En matière de scolarisation, les classes ordinaires sont plus appréciées par les parents que les classes en établissement médico-social. Concernant l’accueil médical, les prises en charge en hôpital dans les services psychiatriques sont moins appréciées que les autres. De même, les parents ont été moins satisfaits des prises en charge de leur enfant dans les établissements médico-sociaux traitant de polyhandicap et pour jeunes avec des troubles du caractère.

À travers tous les types de structures proposées, les parents se sentent plus satisfaits lorsque les professionnels les impliquent, que ce soit dans le domaine médical ou social. Cette implication doit être effective au moment de la prise en charge de leur enfant et tout au long de l’accompagnement.

Pour en savoir plus

La consommation engagée s’affirme comme une tendance durable

Franck Delpal et Georges Hatchuel

Consommation et mode de vie N°201 Mars 2007 , Credoc

La montée en puissance des préoccupations éthiques, sociales ou écologiques, est sans conteste l’une des tendances marquantes de la dernière décennie dans la sphère de la consommation. Le succès de l’agriculture biologique, ou celui du commerce équitable, constituent les preuves tangibles que les consommateurs sont aujourd’hui de plus en plus attentifs au comportement des entreprises et aux modalités de fabrication des produits qu’ils achètent. Mais quelle est l’ampleur réelle de ce phénomène en France? Comment a-t-il évolué ces dernières années ?

Une enquête réalisée par le CRÉDOC vient compléter et actualiser une première investigation menée en 2002. Elle montre qu’il y a, dans le domaine, un écart certain entre les discours, volontiers généreux et altruistes, et les pratiques réelles de consommation. Toutefois, cette enquête confirme qu’en quatre ans, même si elle est encore l’apanage des groupes les plus favorisés, la consommation citoyenne a renforcé son assise dans la population et semble plus s’apparenter à une tendance durable qu’à une mode passagère.

Pour en savoir plus

Libres, égaux et solidaires

Louis Maurin, avril 2007, alternatives économiques

Face à l’insécurité sociale, les Français souhaitent l’intervention de l’Etat afin d’établir des règles qui permettent à chacun de vivre dignement en toute liberté.

Que veulent les Français ? C’est « la » question à laquelle doivent s’efforcer de répondre les candidats à l’élection présidentielle. Et celui qui aura trouvé ce sacré Graal de la politique aura de bonnes chances de se retrouver à l’Elysée le 7 mai prochain… Facile ? La France croule sous les enquêtes d’opinion, mais que mesure-t-on au juste ? Rarement des éléments très solides. Les sondages reflètent les réponses d’une partie de la population à des questions déterminées par les sondeurs, à un moment donné et en fonction du débat public de l’instant. Cet instantané se périme souvent très vite.

Pourtant, si l’on veut essayer d’analyser les demandes sociales en évitant le style « café du commerce », il faut bien poser la question aux intéressés. Pour cela, on dispose de quelques enquêtes de fond, qui demeurent très peu utilisées et qui apportent quelques enseignements structurels. Surtout si l’on s’intéresse aux évolutions dans le temps.

Pour en savoir plus

Social, santé, emploi

Faire garder ses enfants pendant son temps de travail

Sandrine Micheaux et Olivier Monso

Insee première N° 1132 – avril 2007, Insee

Lorsque les femmes n’ont pas d’emploi, elles s’occupent souvent des enfants pendant le temps de travail de leur conjoint. Les couples où la mère travaille ont en majorité recours à des personnes rémunérées pour garder les enfants, en particulier aux assistantes maternelles jusqu’à la scolarisation des enfants, tandis que les femmes élevant seules leurs enfants s’appuient davantage sur la famille, les amis ainsi que sur les modes de garde collectifs (crèches, garderies et centres d’accueil). Ces derniers sont également plus souvent utilisés par les salariées de la Fonction publique et les citadines.

Pour en savoir plus

Enquête sur la formation et la qualification professionnelle en 2003

Jean-Philippe de Palmas, Olivier Monso et Fabrice Murat,

N° 64 soc – avril 2007, Insee

Historiquement l’enquête FQP est la seule à donner simultanément une information détaillée sur le salaire et la profession au moment de l’enquête, les positions professionnelles occupées à différents moments de la carrière, l’accès à la formation postscolaire, la formation initiale et la position sociale des parents. Elle fournit en outre cette information selon un protocole très stable depuis plus de trente ans. Initiée en 1964, l’enquête a aussi eu lieu, sous des formes proches, en 1970, 1977, 1985 et 1993. Elle est ainsi une source d’informations clef sur les trajectoires sociales et professionnelles, et le changement social en France depuis 1970.

C’est l’enquête qui a permis de réaliser la plupart des travaux de référence sur l’évolution du système éducatif et ses conséquences, sur les transformations de la demande de travail par qualification, sur l’évolution de l’égalité des chances, sur les changements dans les profils des carrières ou encore sur l’évolution de la distribution de l’effort de formation continue et de son impact.

Pour en savoir plus

L’emploi dans les très petites entreprises en juin 2005

Premières informations et première synthèses n°2007-04.16, avril 2007, Dares, Ministère de l’emploi, de la cohésion sociale et du logement

En juin 2005, 41,5 % des salariés es TPE étaient employés à temps partiel, sur un contrat à durée déterminée ou bénéficiant d’une aide ciblée de l’État.

Le recours fréquent au temps partiel demeure une particularité des TPE, notamment les temps partiels courts. Le travail à temps partiel est surtout le fait des femmes : 46,2 % d’entre elles sont concernées, contre 13,1 % des hommes. Les dispositifs de formation en alternance, essentiellement des contrats d’apprentissage, représentent près de la moitié des emplois aidés en juin 2005. La part des contrats à durée déterminée se maintient en juin 2005 à un niveau élevé : 15,0 % des salariés, contre 7,1 % dans les entreprises de 10 salariés ou plus.

La durée hebdomadaire moyenne de travail d’un salarié à temps complet est de 36,8 heures en juin 2005, soit environ 30 minutes de moins que trois ans plus tôt, mais 1,2 heure de plus que dans les entreprises de 10 salariés ou plus.

Pour en savoir plus

Contact avec le public : près d’un salarié sur quatre subit des agressions verbales

Premières informations et première synthèses n°2007-15.1, avril 2007, Dares, Ministère de l’emploi, de la cohésion sociale et du logement

En 2003, près de trois salariés sur quatre travaillent en contact avec le public, de vive voix ou par téléphone. C’est le cas pour 63 % des hommes et 80 % des femmes. 22 % de ces salariés déclarent avoir subi une agression verbale et 2 % une agression physique au cours des douze mois précédant l’enquête Sumer 2003. Postiers, employés de banques, agents de sécurité et professions de santé figurent parmi les métiers les plus touchés.

Pour en savoir plus

Contexte et analyse économiques

L’état de la France

Philippe Frémeaux , avril 2007, alternatives économiques

Créations d’emplois en nombre insuffisant, faible croissance, compétitivité industrielle en berne, pauvreté et précarité plus que jamais élevées : le bilan des cinq dernières années de Jacques Chirac est peu glorieux.

Une légende tenace veut qu’en France, la gauche au pouvoir, toute à sa volonté de redistribuer les richesses, vide les caisses et finisse par mettre la clef sous la porte sans avoir réussi à relancer la croissance et l’emploi. Aggravant au final la situation de ceux qu’elle prétend défendre. La droite serait, en revanche, bonne gestionnaire ; elle relancerait l’activité, créant emplois et richesses au bénéfice de tous.

A examiner le bilan des cinq dernières années, on est conduit à sérieusement nuancer le propos. Les gouvernements de Jean-Pierre Raffarin et Dominique de Villepin se sont davantage préoccupés de redistribuer – au profit des plus aisés – que de relancer l’activité. Résultat : des créations d’emplois en chute libre, une compétitivité industrielle qui connaît un déclin inquiétant, une dette publique qui progresse et même, conséquence mécanique de l’atonie de l’activité, des prélèvements obligatoires en hausse ! Parallèlement, la précarité et la pauvreté n’ont pas régressé, une large partie des jeunes peine à obtenir un emploi stable, et nous allons vers l’avenir à reculons : la recherche est en berne et la crise de l’Université toujours là. Enfin, la société ne va pas bien non plus, comme en témoignent la montée des violences contre les personnes ou l’inquiétude croissante des Français face à la mondialisation et l’Europe, dont le rejet du traité constitutionnel en est une conséquence.

Pour en savoir plus

Les innovations dans les services marchands : avant tout liées aux nouvelles technologies

Christian Cordellier, Insee premièreN° 1130 – avril 2007, Insee

Parmi les entreprises de services marchands d’au moins dix salariés, 48 % déclarent avoir innové entre 2002 et 2004. Les entreprises de services innovent en moyenne moins que les entreprises industrielles (54 %) mais plus que celles des autres secteurs marchands. Les services les plus innovants sont ceux qui sont liés aux technologies de l’information et de la communication comme les télécommunications, l’informatique, l’audiovisuel et bien sûr la recherche-développement, classée dans les activités de services. Le secteur financier est aussi parmi les plus innovants (57 %). Toutes choses égales par ailleurs, la taille des entreprises et leur appartenance à un groupe favorisent l’innovation. Les dépenses liées à l’innovation représentent en moyenne 4 % du chiffre d’affaires des entreprises de services qui innovent.

Pour en savoir plus

Question et relations internationales

Italie : un compromis pour quoi faire ?

clair & net@ofce, une e-contribution des chercheurs de l’OFCE aux débats économiques et sociaux

3 avril 2007 , OFCE

La crise politique ouverte le 21 février 2007 par la démission de Romano Prodi, et la faible majorité grâce à laquelle il a reconquis la confiance au Sénat, ont replongé l’Italie dans l’incertitude politique et économique. La consolidation de la croissance, qui a atteint 1,9% en 2006 après le cycle de récession qui a caractérisé la première moitié de la décennie 2000, est désormais suspendue à la renégociation des équilibres politiques. Le renforcement de la demande intérieure, le redémarrage des créations d’emploi, ainsi que les premiers effets positifs des ajustements dans l’industrie, avaient incité à exclure une nouvelle hypothèse de faux départ. Mais c’était sans compter la dimension politique.

Pour en savoir plus

Poutine et l’après Poutine

Marie Mendras, Kiosque, avril 2007, Ceri

Les différents clans qui forment la galaxie politique et financière organisée par le chef de l’Etat russe autour de sa personne se préparent à l’élection présidentielle de 2008. Un scrutin auquel Vladimir Poutine ne peut se représenter en vertu de la Constitution. L’après-Poutine est dans tous les esprits, en Russie comme à l’étranger, à un point tel qu’il semblerait que la Russie ne tient plus qu’à un homme. C’est la conséquence directe de la dérive du régime politique russe vers la personnification du pouvoir et l’exercice arbitraire des prérogatives de l’exécutif. C’est aussi la conséquence des enjeux financiers considérables bâtis sur la manne pétrolière et gazière.

Pour en savoir plus

Aucun commentaire