Archives de l'hebdo des socialistes
Archives de l'hebdo des socialistes

La circulation à Paris

Le Conseil de Paris vientd’adopter le plan de déplacements de Paris (PDP),avec l’ambition de réduire de 40 % le trafic motorise à l’horizon 2020. Bertrand Delanoe, maire de Paris, détaille ces objectifs, qui s’inscrivent dans la politique d’excellence environnementale menée par la capital.

Quels sont les objectifs du plan de déplacements de Paris (PDP) adopté le 13 février dernier par le Conseil de Paris ?
Le PDP définit des objectifs à atteindre, à l’horizon 2020, afin d’améliorer la mobilité des usagers de Paris et de répondre,par l’innovation, à l’augmentation des besoins de déplacements. Il pose un principe clair : toute restriction de la circulation automobile doit être compensée par une offre de transports collectifs supplémentaire. Le but est de contribuer ainsi à une amélioration sensible de notre environnement. Depuis 2001, la pollution a déjà baissé de 32 % à Paris et les émissions de gaz à effet de serre de 9 %. C’est positif, mais encore insuffisant. Face à l’urgence écologique, il faut donc poser des actes pour obtenir des résultats à la mesure de cet enjeu qui est tout simplement vital ! C’est pourquoi, sur la période 2001- 2020, ce PDP vise une baisse de 60 % des émissions de gaz à effet de serre, responsables du réchauffement climatique.

Quelles sont les principales mesures envisagées par ce plan ?
Le PDP prévoit une hausse sensible des moyens de transport alternatifs à l’automobile, correspondant à 2,8 millions de voyages quotidiens supplémentaires par jour sur la période. Il s’agit de développer les déplacements à partir du vélo, du bus, du tramway – que nous voulons prolonger – du RER et, bien entendu, du métro. Sur ce dernier point, nous prévoyons d’ailleurs, à travers le STIF(1),de contribuer au développement d’une ligne de rocade située à l’extérieur de Paris, pour renforcer les liaisons de banlieue à banlieue. Nous développons également les navettes fluviales, l’offre de taxis ainsi que «l’auto-partage » qui permet de mettre des voitures propres à la disposition des usagers afin qu’ils puissent utiliser ces véhicules « à la carte ».

Ce projet marque-t-il une nouvelle mobilisation de votre ville face au défi environnemental ?
Oui,mais il n’est qu’un élément de la réponse. Ségolène Royal évoque, à juste titre, « l’excellence environnementale », qui implique d’agir sur tous les fronts. C’est ce que nous tentons de faire. Par exemple, depuis deux ans, l’Office HLM ne réalise que des immeubles en haute qualité environnementale (HQE) ;60 % des véhicules municipaux fonctionnent aux énergies propres, contre 20% seulement en 2001, et notre consommation d’eau pour l’arrosage municipale aura diminué de plus de 20% sur la mandature. Voilà quelques initiatives qui participent aussi de ce combat. En tant que maire, je suis évidemment très sensible aux engagements de notre candidate quand elle insiste sur le plan d’isolation et d’économies d’énergie dans les logements ancien ou qu’elle proposse de conditionner les nouveaux permis de construire dans le parc immobilier public à des objectifs HQE. Car l’environnement rejoint le social. Et les socialistes doivent porter forement cette dimension, totalement absente des préoccupations de l’UMP.

Propos recuellis par Bruno Tranchant

Commentaire