Archives de l'hebdo des socialistes
Archives de l'hebdo des socialistes

Livre : « L’Europe est morte, vive l’Europe ! »

L'Europe est morte, vive l'EuropePierre Moscovici, secrétaire national à l’international, propose une véritable étude d’histoire immédiate qui permet de faire le point sur un des grands défis d’avenir pour les socialistes.

L’idée forte du constat de la crise se résume aisément. Le 25 mai 2005, avec le non français et hollandais, n’a pas été à l’origine de la crise européenne, il a révélé les faiblesses de l’Union, la prégnance d’une vision libérale dans les politiques européennes, les incertitudes concernant les limites de l’Europe, les incompréhensions des citoyens français et hollandais. La part du mécontentement proprement français n’est pas négligeable, mais elle ne doit pas cacher les manques européens. En même temps, le non a affaibli le projet européen de manière considérable. Il risque de ne pas être le tremplin qu’espéraient beaucoup d’électeurs de gauche (mais pas tous…) pour réorienter l’Europe. Il peut ouvrir la voie à une influence libérale durable, faute de volonté politique partagée.

Le livre présente toutes les pièces du dossier. Pour le proche passé, en revenant sur les enseignements de la campagne référendaire, « la campagne de toutes les erreurs », selon les mots de l’auteur, avec les dilemmes et les responsabilités socialistes, et, surtout, en analysant les raisons du malaise français sur l’Europe, les unes tenant aux évolutions mêmes de l’Union européenne, les autres au contexte hexagonal. Pour l’avenir, en détaillant les éléments d’une politique qui vise non pas à « relancer » simplement l’Europe mais à la « refaire », tant la crise est profonde et peut être durable sans une volonté forte. Le lecteur socialiste trouvera les différentes propositions mises en avant par les candidats de la « primaire » socialiste. Mais, il pourra aussi juger de leurs conditions concrètes de réalisations. Pierre Moscovici privilégie la nécessité d’un « nouveau départ pour l’Europe politique », considérant que les réalisations concrètes ont besoin d’un moteur politique. Les choix de 2007 et de 2008 sont ainsi éclairés. J’ajouterais, enfin, que cet ouvrage est écrit dans une langue limpide, débarrassée de tout jargon technocratique, et affiche une volonté de parler en toute sincérité. Ce n’est pas le moindre de ses mérites, à un moment où les arguments les plus contradictoires s’échangent à gauche et à droite.

Alain Bergounioux

Pierre Moscovici, L’Europe est morte, vive l’Europe !, Perrin, 202 p., 15, 80 euros.

Commentaire