Archives de l'hebdo des socialistes
Archives de l'hebdo des socialistes

L’hebdo des socialistes n°426

Hebdo 426Au sommaire de l’hebdo cette semaine :

Actualités :

Dossier Congrès d’investiture :

Actualités internationales :

Culture :

L’hebdo en ligne :

Billet de Julien Dray : Un pacte insupportable

Julien DrayCe qui s’est passé à la sortie du Parc des princes jeudi dernier n’est pas un fait divers. Ce drame est le fruit d’une situation qui dure depuis des années, et qui n’a jamais été purgée. Le Parti socialiste a fait preuve de la retenue qui s’imposait après cet évènement, pour ne pas donner le sentiment d’exploiter un drame à des fins politiciennes. Mais aujourd’hui, des questions doivent être posées. (suite…)

Pourquoi Nicolas Sarkozy doit quitter l’Intérieur

Nicolas SarkozyQue fait Nicolas Sarkozy ? Arrive-t-il à remplir pleinement son travail de ministre tout en étant candidat à l’élection présidentielle ? Les moyens dont il dispose sont-ils ceux de l’UMP ou ceux mis à la disposition du ministère de l’Intérieur ? Jamais homme politique en France n’a autant cumulé et entretenu les confusions.

Ministre, président de l’UMP, président du conseil général des Hauts-de-Seine et candidat, Nicolas Sarkozy est le champion du cumul des mandats. Il a déjà annoncé, lors d’un meeting à Saint-Étienne, le 9 novembre, qu’il demeurerait président de l’UMP s’il devenait président de la République. (suite…)

La vraie nature du projet UMP

Rupture ou fracture ? Dans une note publiée le 21 novembre, Alain Bergounioux et le secteur Études du parti livrent une critique sans concessions du programme électoral concocté par l’UMP. Derrière la formule du « libre choix », transparaît « l’hymne récurrent au mérite individuel, présenté comme la clé de toutes les réussites et la réponse à toutes les frustrations ». (suite…)

Des policiers au collège : un pas de plus vers la répression

Les maires socialistes des Hauts-de-Seine se mobilisent. Les ministres de l’Intérieur et de l’Éducation nationale, Nicolas Sarkozy et Gilles de Robien, ont en effet pris la décision d’imposer des policiers dans les 44 collèges du département.
Pour Pascal Buchet, maire socialiste de Fontenay-aux-Roses et conseiller général des Hauts-de-Seine, « le passage à la répression dans les établissements scolaires est une véritable provocation à l’encontre des enseignants, des parents et même des policiers qui ont fait connaître leur désaccord tant sur le fond que sur la méthode. »
(suite…)

Trois questions à Joaquin Masanet, secrétaire national de l’UNSA-Police

Joaquin MasanetAvec 41,07 % des voix, l’Unsa- Police, réputée proche du PS, est arrivée en tête chez les gradés et gardiens de la paix, lors des élections professionnelles qui se sont déroulées du 21 au 23 novembre, ravissant la première place au syndicat Alliance, arrivé en deuxième position, avec 36,47 % des voix. Comment analysez-vous ce scrutin ?

Il marque la victoire des progressistes et sanctionne très clairement la politique de Sarkozy en matière de sécurité. Celui-ci s’est d’ailleurs livré à une interprétation totalement erronée de ces élections (1). À ma connaissance, c’est la première fois qu’un ministre de l’Intérieur se livre à une analyse personnelle d’un scrutin ! (suite…)

Darfour : silence, on meurt

Paul QuilèsLa guerre qui ravage le sud-est du Soudan se déroule dans une indifférence que ne peuvent accepter les socialistes français. Paul Quilès, député du Tarn et vice-président de la commission des affaires étrangères de l’Assemblée nationale, dénonce cette situation. (suite…)

Un mouvemement européen plus visible

RasmussenLe 6e congrès du Parti socialiste européen, qui se tient les 7 et 8 décembre à Porto, au Portugal, sera l’occasion de dresser le bilan et les perspectives de l’action impulsée depuis deux ans par son président, Poul Nyrup Rasmussen.

Ce congrès devrait reconduire le danois Poul Nyrup Rasmussen à la présidence du parti. En deux ans, beaucoup de travail a été accompli. Le PSE est plus visible, plus écouté, plus politique. (suite…)

Livre : « L’Europe est morte, vive l’Europe ! »

L'Europe est morte, vive l'EuropePierre Moscovici, secrétaire national à l’international, propose une véritable étude d’histoire immédiate qui permet de faire le point sur un des grands défis d’avenir pour les socialistes.

L’idée forte du constat de la crise se résume aisément. Le 25 mai 2005, avec le non français et hollandais, n’a pas été à l’origine de la crise européenne, il a révélé les faiblesses de l’Union, la prégnance d’une vision libérale dans les politiques européennes, les incertitudes concernant les limites de l’Europe, les incompréhensions des citoyens français et hollandais. (suite…)

Les ressources n°10 : articles et études, puisés « ailleurs sur le net »

Voici une série d’articles ressources -études, analyses, documents, statistiques- puisés « ailleurs sur le net », utiles pour nourrir la réflexion.

Cette semaine : “La diffusion des technologies de l’information dans la société française” , “Des difficultés pouvant aller jusqu’à l’échec du recrutement ”, “Les allocataires de minima sociaux en 2005”, “Enquête mensuelle de conjoncture dans les services”, “Enquête mensuelle de conjoncture dans les services“, “La corruption et sa signification (au Brésil)” etc… (suite…)

Commentaire de commentaires… du blog « Toute l’actu »

Chaque fin de semaine, nous vous proposons une petite analyse des commentaires publiés sur notre blog. Certains articles ont suscité débats et polémiques et nous tenons à vous remercier pour votre participation active et enrichissante. Concernant la modération, sachez que les commentaires de tout bord sont bienvenus tant qu’ils restent courtois et argumentés. (suite…)

Discours de François Hollande au congrès d’investiture du 26 novembre 2006

« Nous sommes conscients de nos devoirs. Le premier est de réussir. Ségolène, tu incarnes aujourd’hui cette formidable espérance ; tu as su nous convaincre. Il s’agit aujourd’hui de convaincre les Français.

Ton parti est là rassemblé. Il sera là derrière toi pendant les cinq mois qui nous séparent de l’élection présidentielle. Il sera là pendant les cinq ans de ton mandat pour traduire en acte notre politique, si les Français nous accordent leur confiance… »

Lire le discours dans son intégralité