Archives de l'hebdo des socialistes
Archives de l'hebdo des socialistes

Portrait : Françoise Vallet à Chartres

Du dynamisme,de la rigueur et une force de conviction à toute épreuve. Ce sont ces qualités qui ont permis à Françoise Vallet de remporter les législatives partielles à Chartres, le 2 février dernier. Le combat n’était pas gagné d’avance. Et c’est avec une différence de plus de 4500 voix qu’elle l’a emporté sur son adversaire, l’UMP Jean- Pierre Gorges.

« Je suis choyée », lance-t-elle. A peine 24 heures après avoir fêté sa victoire, la nouvelle députée socialiste siége déjà au Congrès de Versailles. Et dès le lendemain, lors de la séance de questions au gouvernement, elle s’adresse à Christine Lagarde, ministre de l’économie. « Avant de rentrer dans l’hémicycle, de nombreux députés socialistes sont venus m’encourager », s’amuse-t-elle.
Pourtant, Françoise Vallet n’était pas plus angoissée que ça. Il lui en faut davantage pour la décontenancer. À 21 ans, elle était déjà professeur d’allemand, « dans une classe où certains élèves avaient mon âge ». Fille d’artisan, elle a mené de front sa carrière de pédagogue et celle de gestionnaire, en dirigeant une concession de motos avec sonmari. C’est sans doute cette double vie qui donne aujourd’hui à Françoise Vallet cette compréhension tant du service public et que des entreprises privées. « Nous devons réunir nos forces pour combattre la défiance entre ces deux mondes. Nous devons faire en sorte que tout lemonde se parle. »

En 2001, la jeune retraitée profite de son temps libre pour s’intéresser de plus près à la vie de sa cité. Le coeur à gauche « depuis toujours », elle accepte rapidement d’être sur la liste socialiste aux élections municipales. Sept ans plus tard, c’est elle qui conduit l’opposition. L’activisme comme une seconde peau. Désignée tête de liste à l’élection municipale cet automne, elle a su jongler avec des problématiques nationales et locales. Face au maire UMP – le même Jean- Pierre Gorges – autoritaire et clientéliste, un rien bling-bling façon Nicolas Sarkozy, elle se bat pour une gestion raisonnable et raisonnée de la ville. Là où son adversaire prometmonts etmerveilles aux Chartrains, elle veut redonner toute sa place à la proximité et à l’écoute. Alors dans cette dernière ligne droite, Françoise Vallet sait que la gauche compte sur elle pour offrir un nouvel avenir à Chartres. Un pari qu’elle compte bien relever : « Je suis épatée par la mobilisation qui entoure cette élection. Cette réelle volonté de changement donne une force supplémentaire ». Que cette force soit avec elle !

Ariane Vincent�

Aucun commentaire