Archives de l'hebdo des socialistes
Archives de l'hebdo des socialistes

Villes exemplaires : “Circuler en douceur au Mans”

En Sarthe, la ville du Mans et son agglomération font figure d’exemple en matière de promotion des modes de transports alternatifs à la voiture. À côté de la mise en oeuvre du tramway, Le Mans métropole développe le projet innovant d’un « boulevard Nature », une voie périphérique dédiée aux modes de transports non motorisés, accessible à tous.

S’adonner à la randonnée sans contrainte : avis aux familles avec des poussettes, aux personnes âgées ou handicapées, bientôt un circuit de 72 kilomètres autour du Mans permettra de circuler facilement. Les adeptes du vélo, de l’équitation ou de la course à pied seront aussi les bienvenus. « Cela n’aurait pas été possible sans la volonté du maire de préserver les espaces naturels autour du Mans. Mais il fallait les relier entre eux pour valoriser leur potentiel », explique Jean-Louis Prigent, adjoint au maire et délégué au développement durable, aux espaces naturels périurbains et à l’aménagement touristique, au sein de l’agglomération Le Mans métropole. Cet amateur de randonnée en a lancé l’idée, reprise à l’unanimité par les élus manceaux car « la plupart des chemins ne pouvaient être empruntés que par des gens valides ».

Adopté en 2002, le projet n’a rien de banal ni de simple. Un budget de 10 millions d’euros, la nécessité d’acquérir des terrains possédés par des particuliers pour respecter le tracé du boulevard, ou encore les problèmes liés à la diversité des terrains demandent beaucoup de patience et de rigueur. Pour cela, le boulevard Nature se met en place tronçon par tronçon. Dix sont prévus. Le premier, du port d’Arnage au pont Rouge, sera achevé d’ici le printemps 2008, et permettra déjà aux habitants de parcourir huit kilomètres. Il faudra par contre attendre une dizaine d’année avant l’achèvement du projet.

Privilégier l’accessibilité

Ce concept possède de nombreux atouts. C’est d’abord une démarche environnementale qui pousse Le Mans à investir dans le développement durable. À la préservation des espaces verts se joint le choix d’un revêtement spécifique pour le boulevard. « Il s’agit d’un mélange de sable de carrière avec un ciment de verre. Le verre est issu de déchets de verre ultimes, qui arrivent au bout de la chaîne du recyclage. Intégré au ciment et au sable,il permet de donner une meilleure solidité et une durabilité au revêtement. En cas de fissure, par exemple, il a une capacité à s’autocicatriser », précise Jacques-Henri Losfelt, ingénieur du projet.

De plus, le boulevard Nature privilégie l’accessibilité. À toutes les étapes du projet, les associations concernées, touristiques, sportives ou de personnes handicapées, ont pris part aux décisions. La largueur du boulevard est de trois mètres,et son revêtement permet aux personnes à mobilité réduite de circuler sans devoir emprunter les chemins de randonnée classiques, rapidement envahis par la boue en cas de mauvais temps. Enfin, pour le confort des usagers, des aires de repos, des sanitaires et des parkings sont prévus aux points clés du boulevard.

Faire évoluer les comportements

En cela, le boulevard Nature est un projet politique. C’est la volonté affirmée de s’inscrire dans le développement durable sans attendre l’intervention de l’État. « Il ne s’agit pas de jouer les donneurs de leçons. Mais à chaque fois que l’on mettra le plaisir et la facilité de notre côté, comme c’est le cas pour le boulevard Nature, on provoquera des évolutions de comportements. Le mot « plaisir » est beaucoup trop absent de la politique alors que c’est un mot central dans nos vies », précise avec ardeur Jean-Claude Boulard,maire du Mans et président de la communauté de communes Le Mans métropole. Cette entreprise n’a pas laissé indifférentes les communes rurales qui entourent la métropole. Séduit par le concept, le Pays du Mans a décidé de développer les « avenues Nature ». Ces artères, également dédiées à la circulation douce, relieront le boulevard de toute part pour créer une véritable étoile verte. La signalétique de l’ensemble de ces parcours est en train d’être mise en oeuvre. Un emblème a déjà été choisi : la feuille de ginkgo biloba. Un beau symbole puisque c’est le plus ancien arbre sur Terre, et que ce fut le premier à repousser après l’explosion nucléaire d’Hiroshima.

Fanny Costes

Aucun commentaire