Archives de l'hebdo des socialistes
Archives de l'hebdo des socialistes

Analyse du temps de parole du président, à la télévision

Puisque le CSA refuse d’intégrer le surabondant temps de parole de Nicolas Sarkozy dans le décompte des expressions politiques partisanes, le Parti socialiste demande que la législation évolue, afin de s’adapter à l’usage sans précédent que le président de la République fait des médias.

L’omniprésidence de Nicolas Sarkozy pose problème pour le respect de la pluralité. Le Président cathodique use et abuse des collusions avec les différentes chaînes de télévision. Quand on sait que le temps de parole présidentiel n’est pas décompté des temps de parole dévolus à l’expression politique, on ne peut que s’inquiéter du peu de place qu’il reste à l’opposition pour se faire entendre. C’est à ce titre que François Hollande, accompagné des députés Michel Françaix et Didier Mathus, tous deux spécialistes de la question des médias, a été reçu par Michel Boyon, le président du Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA). Peine perdue : Michel Boyon n’a fait que réaffirmer la position du CSA : « Nicolas Sarkozy est un acteur institutionnel qui ne relève pas du débat partisan.»

Pluralisme

Curieuse analyse du rôle d’un Président qui revendique également celui de chef de gouvernement et de la majorité ! La demande de François Hollande visait justement à rendre le système cohérent par rapport à l’usage que le nouveau Président fait des médias.

Désormais la balle est dans le camp de Nicolas Sarkozy,comme l’explique François Hollande: «Soit il ne modifie pas la règle et laisse un système qui est à son seul bénéfice se perpétuer, soit il veut effectivement le pluralisme et il doit en faire la démonstration par une modification de la loi ou de la Constitution. Cette revendication est complémentaire de la démarche de Laurent Fabius dont la «pétition populaire pour l’égalité audiovisuelle » a recueilli plusieurs milliers de signatures.

Transparence

« Rien qu’en juillet et en août, Nicolas Sarkozy a occupé 31heures et 46 minutes de notre temps télévisuel, à lui tout seul, sans compter les commentaires et les reportages autour de sa personne»,note Michel Françaix sur son blog. «Notre demande n’a vraiment rien de révolutionnaire, tellement peu que M.Balladur propose la même chose dans son projet de réforme de la Constitution!», souligne le député de l’Oise.

Dans les semaines à venir, les occasions ne vont pas manquer pour intégrer une telle disposition dans le droit français : « Il suffirait qu’une disposition législative institutionnelle, indiquant que le pluralisme doit être apprécié, y compris avec le temps d’expression du président de la République, soit intégrée dans le cadre du projet de loi constitutionnel qui va être présenté au Parlement, au lendemain des municipales ou à l’occasion de la loi sur l’audiovisuel », précise François Hollande. Reste à espérer que « la transparence » si souvent psalmodiée par le président Sarkozy sera également de mise sur le petit écran.

Damien Ranger

Aucun commentaire