Archives de l'hebdo des socialistes
Archives de l'hebdo des socialistes

Moins de services publics, c’est moins de République

Les services publics et la fonction publique font l’objet d’une attaque minutieusement planifiée par le nouveau président de la République qui en a fait l’un des thèmes de sa rentrée politique. Sous l’apparence du pragmatisme, la réforme qu’il veut engager est profondément idéologique. Pour lui, moderniser l’État, c’est le réduire et le soumettre.

La réduction des effectifs de la fonction publique est considérée par le Président comme une fin en soi avant même toute réflexion sur l’évolution des missions publiques et des besoins de la population. Or la réduction des dépenses publiques n’est qu’un prétexte. En effet, le non-remplacement d’un départ à la retraite sur deux ne procurera qu’une économie annuelle de 800 millions d’euros, très éloignée des 15 milliards de cadeaux fiscaux aux plus favorisés.

En noircissant le tableau à dessein, le chef de l’État cherche en fait à légitimer une mise en cause sans précédent du statut général de la fonction publique.Il propose ainsi de généraliser les recrutements sous la forme de contrats de droit privé négociés de gré à gré, ce qui revient à en finir avec les principes fondamentaux de neutralité et d’indépendance des fonctionnaires,garantis par le recrutement par concours.

Nous devons réaffirmer avec force que le respect de ces principes républicains de neutralité et d’indépendance est plus que jamais indispensable pour permettre à tous les agents publics qui exercent des missions de contrôle, d’arbitrage et de mise en oeuvre de l’intérêt général, de résister aux pressions politiques et financières.

Une fois de plus, le chef de l’État ignore la spécificité des services publics et cherche à faire disparaître la nécessaire distance dont doit se prévaloir l’administration vis-à-vis des puissances économiques,financières et médiatiques. Face à cette offensive dogmatique sans précédent, il nous faut réagir collectivement et vigoureusement.

Christian Martin,
secrétaire national aux services publics.

Aucun commentaire