Archives de l'hebdo des socialistes
Archives de l'hebdo des socialistes

Sarkomédie

Bon,je sais,vous allez vous lasser. Vous allez vous dire qu’est-ce qu’elle a encore à nous raconter sur Sarko cette semaine,la petite Ariane ? (1)

Et bien figurez-vous, moi aussi je me lasse… Mais le problème, c’est que le Sarko, il n’en finit plus de causer. Et puis il est sans complexe, ce gars-là. C’est dingue, depuis que ses gentils communicants lui ont demandé de bien vouloir changer de registre pour ne plus faire peur aux Français, ils nous l’ont tout changé. Mais à un point que tu ne peux même pas imaginer… Le voilà qui se lève le matin en citant Blum aux ouvriers… Avec ma copine Fanny, on en est à se demander si on ne devrait pas lui envoyer les paroles de l’Internationale avant qu’il ne se mette à la chanter, poing levé, à l’issue de son prochain meeting…

Non là, il déconne. « Travailleurs » par-ci, « travailleurs » par-là… Ses électeurs vont finir par se paumer. On peut sans doute devenir président de la République sans prendre Arlette sur sa gauche… « Je n’accepte pas qu’il puisse exister des travailleurs pauvres » a-t-il scandé, à Saint-Quentin. Moi non plus, remarque. Alors comment il compte faire ? Ça, il ne le dit pas encore. Ça doit être pour ménager le suspens. Tu me diras, pas besoin de se faire des illusions, il suffit de lire dans La Tribune l’interview de Xavier Bertrand (je sais, ça fait très chic de lire La Tribune… C’est ma chance, je suis destinataire de la revue de presse).Il estime que « si un salarié perçoit une rémunération équivalente au Smic, le fait de travailler quatre heures supplémentaires par semaine augmente son revenu de près de 2 000 euros par an. » En gros, ce qu’ils te proposent à droite, c’est d’être payé pour le nombre d’heures que tu fais… Tu parles d’une avancée sociale ! Ce serait quand même le comble que les heures sup ne soient pas payées !

En revanche, rien n’est dit pour que ma voisine Louisette passe à temps plein alors qu’elle se tape un temps partiel (ménages du matin à l’ouest de Paris, ménages du soir à l’est…).

Rien non plus pour Julien et Sabine qui élèvent leurs deux mômes. Les heures sup, c’est la baby-sitter qui va les manger. Sarko, il n’a pas froid aux yeux… Il félicite à tour de bras, un vrai roi des moulinets : « À leur manière, les travailleurs sont des résistants contre la disparition d’un type de civilisation et d’un type d’homme qui respectent le travail comme une condition de la liberté. » Avec une brosse à reluire comme ça, tu n’te cires plus les pompes pendant deux ans…

Mais question vrai cadeau, mon « travailleur », il a intérêt à en faire des centaines de milliards d’heures sup pour l’intéresser, Sarko. Dans sa hotte, il n’a de surprises que pour les riches.

Son bouclier fiscal à 50 %,ça va protéger qui ? Toujours pas Louisette, Julien et Sabine, puisqu’ils ne sont pas prêts d’être redevables de l’ISF… Pour eux, Nicolas a simplement prévu d’enterrer le droit de grève. Logique. Dans sa « France d’après », les travailleurs seront précaires, mais HEUREUX !

Ariane Vincent

(1) Depuis deux numéros de L’hebdo, vous êtes très nombreux à commenter le billet hebdomadaire d’Ariane sur Sarkozy (notamment sur www.parti-socialiste.fr). Cette semaine, nous lui avons donc demandé de récidiver.

Commentaire