Archives de l'hebdo des socialistes
Archives de l'hebdo des socialistes

L’écologie mure et heureuse de Ségolène Royal

Le 25 janvier dernier, pendant plus de deux heures, Ségolène Royal s’est adressée à près d’un millier de personnes dans une salle municipale de Domérat, dans l’Allier, près de Montluçon, pour un forum participatif sur l’environnement et le développement durable. Un exercice réussi, visiblement très apprécié par les participants, et qui permet à la candidate de revendiquer la crédibilité de son action dans ce domaine.

Prenez connaissance du contenu du débat participatif de Montluçon. Vous sentirez battre le pouls inquiet d’une opinion mobilisée sur les questions d’environnement et de santé. Vous verrez une Ségolène Royal déterminée, à la hauteur des périls, prête à répondre par le courage politique aux prises de conscience récentes de l’opinion. Dans ce pacte qu’elle propose aux citoyens,elle va même plus loin :

• La politique environnementale sera à la base de toutes les décisions publiques, et l’un des piliers de son action,

• La reconstruction écologique sera un atout d’expansion pour notre pays et son économie.

• La relance de l’Europe se fera autour des mesures courageuses de réductions de CO2 qui s’imposent.

• Face aux risques de santé publique, à l’omerta des lobbys industriels, Ségolène Royal propose un pacte aux citoyens :les informer, redonner pouvoir aux associations,les associer à l’État. Il ne s’agit pas d’un affichage de circonstance, mais d’un engagement profond, mûri, mis en oeuvre sur le terrain. Il est validé aujourd’hui par l’adhésion de militants écolos à ce projet. Car sa candidature convainc, au-delà des rangs socialistes,radicaux ou citoyens –qui lui sont acquis– de plus en plus d’acteurs reconnus de l’écologie politique.Comme le dit Bruno Rebelle, son conseiller environnemental, l’ancien numéro deux de Greenpeace : «Ségolène Royal est aujourd’hui la meilleure candidate de l’écologie politique. » C’est qu’avec ce «détour » par la citoyenneté que certains lui reprochent, elle ouvre une issue très politique à un débat bloqué depuis longtemps entre les deux gauches, l’idéaliste et la concrète.

Refusant le renoncement comme l’incantation,la candidate dit en substance : si tout ne passe pas par le politique, des politiques courageux peuvent beaucoup plus qu’on ne le croit, s’ils sont en phase avec une population informée, consciente et responsable. Avec un nouveau pacte,il est possible de renverser la vapeur. De remettre l’homme au centre des priorités. Elle préempte ainsi largement l’espace politique que l’écologie peine à animer. Tout en montrant une articulation ouverte qui lui permet d’aborder, de façon réaliste, les sujets qui fâchent, comme le nucléaire. Ainsi s’installe dans la campagne la voie originale de Ségolène Royal. Le précédent de la loi sur le tabac montre que l’alliance entre politiques et opinion peut vaincre les résistances les plus ancrées et les lobbys les plus tenaces.

David Langlois-Mallet

Commentaire